Téléphone : +33.9.50.66.22.36.|contact@studiocigale.fr
Téléphone : +33.9.50.66.22.36.|contact@studiocigale.fr

Comment réinventer le video-scribing ?

L’agence Studio Cigale s’est penchée sur l’un des créateurs les plus importants du dessin animé : le père de la Linea, Osvaldo Cavandoli. Dans l’interview de Eleonora Oreggia, réalisée peu avant sa disparition, l’artiste nous livre les secrets de son bonhomme en bâtons. Cette chercheuse italienne a écrit une thèse sur la sémiologie des animations de Monsieur La Linea. Nous avons traduit cette interview, qui nous permet d’enrichir notre pratique des vidéos explicatives en dessins et de vous faire découvrir la personnalité d’un des plus créateurs de d’animations audiovisuelles.

INTERVIEW:

e.o est Eleonora Oreggia
o.c est Osvaldo Cavandoli

e.o. J’étudie à la faculté des arts et je rédige actuellement ma thèse en sémiotique. La sémiotique étudie comment le sens fonctionne, comment on perçoit ou ne perçoit pas le sens.

o.c. Alors, vous écrivez une thèse sur ma ligne ?

e.o. Après une introduction sur l’art de l’animation en général, j’ai choisi La linea comme expérience sémiotique, en essayant de comprendre comment elle fonctionne.

o.c. Signification !

e.o. Oui, en essayant de comprendre la signification d’un fragment; par exemple quels sont les éléments qui nous permettent de dire ou de comprendre qu’ici La Linea est en colère, alors qu’ailleurs elle semble heureuse, et ainsi de suite. D’ailleurs, j’aimerais savoir ce que vous pensez des ordinateurs ?

o.c. Je n’ai jamais voulu posséder un ordinateur, j’en ai déjà eu assez avec mon travail. J’ai un ami qui s’occupe de cette partie du travail. Je lui donne un chargement de mes dessins, et des directions, où les temps des dessins sont spécifiés tout avec des numéros. Il y a les arrêts et l’ordre de tournage. Ce qui était fait autrefois avec la pellicule est maintenant fait avec des ordinateurs. Vous utilisez cinq dessins en moyenne par seconde. Ensuite, le story-board est créé. Je travaille depuis trente ans. J’ai toujours travaillé de cette façon. Je ne sais pas comment travaillent ceux qui s’occupent de dessin en trois dimensions. Maintenant, expliquez-moi ce que vous dites ?

e.o. La première question que j’aurais voulu vous poser était de savoir si vous aviez déjà entendu parler de la sémiotique.

o.c. La sémiotique, non, voyez-vous, les mots difficiles ne sont pas ma tasse de thé. Essayez de me l’expliquer clairement.

e.o. La sémiotique étudie les systèmes et les processus de signification, les langues.

o.c. Les langues d’une activité, d’un travail, de quoi ?

e.o. Une langue peut être verbale, musicale, visuelle. Le concept passe d’un domaine à l’autre.

o.c. Je n’aime pas passer d’un domaine à l’autre.

e.o. Vous aimez aller tout droit…

o.c. Il est difficile de me parler. J’aime aller doucement, pour dire les choses clairement. Un artisan ne sait pas ce qu’est la sémiotique.

e.o. La sémiotique, c’est l’étude…

o.c. Vous posez des questions, je réponds et vous les traduisez en sémiotique. Parlons d’une langue normale. Je suis un artisan, je travaille ici.

J’ai essayé d’étudier comment simplifier les choses, parce que j’ai tout essayé; je veux dire, en animation… sauf travailler avec la plastiline, je travaillais avec les marionnettes, le dessin animé et ainsi de suite. J’étais devenu un expert à la fin; et j’avais essayé, j’avais essayé et par hasard cette chose est sortie. J’ai essayé de simplifier pour travailler plus, pour aller plus vite. J’ai donc essayé de synthétiser, synthétiser, synthétiser… jusqu’à ce que j’en arrive à créer un story-board et à le montrer. J’avais un ami qui faisait le tour de toutes les agences en Italie et tout le monde me disait : « Tu es fou ? ». Et puis il y avait ces films… ces publicités, je veux dire, Carosello par exemple… la Bible, Fabbri Editori, vous savez, Gamma, les décors… et ils disaient « Qu’est-ce que c’est ? C’est dingue ». Puis je suis arrivé à l’agence qui a fait de la publicité pour Lagostina, ils l’ont vu, ont-ils dit : “Eh bien…” Je me souviens, j’y suis allé, ils ont vu le screen-test, je l’ai tourné en super-huit et ils m’ont dit “Tu sais, essayons“. En effet, j’ai fait une petite publicité, elle a duré deux minutes, peut-être une minute et demie, je ne me souviens pas combien de temps elle a duré en réalité. Ils l’ont vue et m’ont dit : « Ok, c’est pas mal. Tous les autres ont regretté leur choix ! ».

e.o. Je vous crois

o.c. Et quand il est sorti…

e.o. Succès !

o.c. Critiques et ainsi de suite; parce-qu’à cette époque, tout le monde n’arrêtait pas de dire… un film devait être tourné d’une façon, l’autre d’une autre, et ils regardaient le mien, à la télévision, le premier… Et les gens disaient « Le téléviseur est en panne ! », parce qu’ils voyaient cette ligne d’où sortait ce petit homme: « Peut-être que non ! ». Et ce fut un succès immédiat, Dieu merci. Je dois remercier, je dois plutôt remercier la direction de Lagostina, lorsque le livre pour leur centenaire a été publié, six pages ont été consacrées à Cavandoli, mais une fois la publicité terminée, j’ai tourné quatre-vingt-dix films et en Italie, personne n’en veut. Plutôt que de sémiotique, je dirais qu’il s’agit d’une escroquerie. Et j’en suis désolé, car c’est tout.

o.c. Ce n’était pas prévu…

o.c. Je veux faire quelque chose, non ! C’était spontané, et Dieu merci, parce que ça aurait pu s’arrêter là, vous savez.

e.o. J’utilise souvent l’ordinateur… Beaucoup de jeunes qui aiment les vidéos et les ordinateurs, pensent que la Linea est quelque chose de spécial. Je ne sais pas si vous avez déjà entendu parler des performances vidéo en direct ?

o.c. En direct. ?

e.o. Exactement. Ce genre de spectacle va de pair avec un autre spectacle de musique en direct, généralement électronique. J’ai projeté, avec un groupe d’amis, lors d’une de ces performances, un extrait de ton travail. Qu’en penses-tu ? Considérez-vous que c’est de la piraterie ou un hommage ?

o.c. Si ce n’est pas vendu, ça me va. Le droit d’auteur est violé lorsque vous utilisez le matériel de quelqu’un d’autre pour gagner de l’argent. Si quelqu’un prend un film, le copie et le vend ensuite, c’est des millions pour ses poches !

e.o. Non, pas de vente. Juste profiter de votre talent.

o.c. C’est bon, tout est permis, sauf si c’est échangé, sinon mon agent va vous embêter.

e.o. Je pense que la traduction numérique des créations humaines les rend semblables à la nature, donc indépendantes de leur créateur, et susceptibles de libre transformation…

o.c. Je vous demande une chose: n’utilisez pas de termes difficiles, car je suis un artisan. Si vous parlez de sémiotique à un cordonnier, il vous dit « Et alors » ?

e.o. Le cœur de ma thèse analyse un fragment de 3 secondes d’une de vos animations, dans laquelle La Linea tire des visages. Ces trois secondes représentent mes adieux à l’université. En essayant de produire beaucoup de mots en quelques secondes, j’ai démonté avec un programme de montage vidéo et un séquenceur musical ces trois secondes, image par image. Plus tard, j’ai soigneusement analysé les données que j’ai recueillies et les ai visualisées avec un graphiste. Je vais montrer que j’ai essayé de réfléchir à l’œuvre. Par exemple, j’ai décrit les fragments visuels importants: en fait ceux dans lesquels la mutation se produit, ne sont pas exactement synchronisés avec les fragments sonores, ceux dans lesquels la largeur de la bande sonore varie de manière significative.

e.o. C’est clair.

o.c. Parce que si la Linea s’énerve, son expression sera énervée, ou autre. Tout est fait plus tard, selon ce que je veux dire. La musique est en arrière-plan, elle n’a rien à voir avec ça. Et tout se synchronise plus tard. J’explique à mon ami: « Ici la linea se fâche, ici elle se retourne » et ainsi de suite. Alors, vous avez compris ? Le personnage est créé… Je fais ce que je suis censé faire en fonction de l’histoire, du sujet, donc il parle, il fait des gestes en fonction de la situation dans laquelle il se trouve. Rien n’est planifié, tout est fait après que j’ai exprimé mes idées par dessin.

e.o. Une autre méthode que j’ai utilisée était de séparer la vidéo et le son à l’intérieur du fragment. Le résultat a rendu trois descriptions différentes de la même chose: le son, la vidéo et l’audiovisuel. Il y a des effets de sens qui peuvent être facilement compris, donc ils sont redondants. Ce qui est extrêmement important, du moins en ce qui concerne mon travail, c’est que la Linea puisse être comprise dans toutes les langues, dans tous les pays.

o.c. C’est l’un des avantages.

e.o. Quelle que soit la culture autochtone.

e.o. C’est intéressant pour l’étude des signes, puisque, voyons par exemple une image dans laquelle la Linea se met en colère:

o.c. Oui !

e.o. Nous aurons le dessin, le signe qui nous montrera une expression de colère. Cela peut être lié à la physionomie, la science qui étudie…

o.c. Les expressions !

e.o. Les expressions du visage, et leur donne un sens.

o.c. Ah d’accord !

e.o. Et si ces dessins peuvent être compris par toutes les cultures et toutes les langues et qu’ils signifient donc la même chose à chaque fois, cela prouve que la Linea…

e.o. …est universelle !

o.c. Parce que rien n’est dit ou écrit.

e.o. Alors que d’un point de vue scientifique, la physionomie a toujours été considérée…

o.c. Ne mentionnez pas la science parce que je m’en fous. Je n’ai jamais… ah ah !

e.o. Elle {la physionomie} n’a jamais été considérée sérieusement, alors que la Linea en est la preuve ! Car si une expression nous dit qu’elle est en colère, et qu’une autre nous fait comprendre qu’elle est rieuse…

o.c. Il rit, il pleure… Toutes les expressions sont de profil car de face, on ne les voit pas.

e.o. C’est clair… c’est évident.

o.c. C’est clair pour nous, nous n’avons pas besoin d’expliquer.

e.o. Oui, pas besoin d’expliquer entre nous. Avec le terme « syncrétisme », une langue est syncrétique lorsqu’elle utilise des moyens différents pour communiquer. La lacune à laquelle je fais référence est un problème de sémiotique.

o.c. Bon, d’accord, mais…

e.o. Dites-moi ?

o.c. Vous utilisez des mots difficiles. Parlez franchement et je vous répondrai franchement !

e.o. Disons que…

o.c. Les expressions sont peu nombreuses. La Linea a cinq, six, dix expressions différentes, correspondant à ce qui se passe, à ce qui doit être dit ou exprimé. C’est simple, il n’y a pas… je ne pense pas à toutes les choses étranges que vous… me demandez. La Linea me permet de synthétiser avec peu de signes ce qui dans la vie réelle est complexe et, parfois, incompréhensible. Comme tout est extrêmement simple, je ne vois pas l’intérêt d’expliquer ce qui se passe dans mes films.

e.o. Je voudrais recevoir de vous un héritage que je puisse transmettre à la postérité, peut-être le testament habituel pour les nouvelles générations, ou juste une simple suggestion… Quelque chose que vous vous sentiriez obligé de dire aux jeunes… Essayez de m’expliquer cela. Les suggestions faites au hasard sont acceptées, les mots ne sont pas des « conditio sine qua non ».

o.c. Prenez un crayon, (moins exigeant qu’un stylo) et dessinez ce que votre esprit et, surtout,  ce que votre imagination crée sur une feuille de papier blanc. Dessinez-le encore et encore jusqu’à ce que votre pensée se réalise, même si elle est imparfaite.

Code de sécurité : captcha

By |2020-06-03T13:03:56+02:00April 30th, 2020|Non classé|Comments Off on Comment réinventer le video-scribing ?

About the Author:

Olivier Pascal est un auteur et réalisateur qui vit et travaille à Paris. Expert dans l'écriture et la réalisation de programmes audiovisuels, il met ses compétences au service de la création de contenus pour les marques.