Tendance : Curation

Depuis quelques mois, on constate le développement de l’usage du mot « curation », plutôt désuet en français. Le vrai sens (selon le Littré : Terme de médecine. Ensemble des moyens employés pour obtenir la guérison d’une maladie) n’est pas celui qui justifie cet usage. Ce mot assez désagréable à l’oreille est apparu sur les réseaux sociaux début 2011.

Curation, Content Curation, curator : nouveaux concepts 2011

Définition

La curation est la convergence des deux principales activités sur internet : la recherche et le partage.
Certains internautes ont commencé à trier, à sélectionner les contenus qu’ils jugeaient intéressants pour les partager avec leurs amis ou leurs réseaux, ainsi sont nés les curators.

Rohit Bhargava, auteur du Manifesto For The Content Curator et pionnier de la curation donne en 2009 sa définition : « Un Content Curator est quelqu’un qui, continuellement, trouve, regroupe, organise et partage le contenu en ligne le meilleur et le plus pertinent sur un sujet spécifique. »

Pour Steven Rosenbaum, auteur du livre Curation Nation, « la curation permet de trier l’information surabondante et de se concentrer sur ce qui est pertinent. »

Ni journaliste, ni veilleur, ni documentaliste, ni bibliothécaire, ni prof, ni blogueur, le curateur est un peu tout cela à la fois. Chacun a son propre vécu pour évaluer le crédit et la confiance qu’il accorde aux personnes qui pratiquent les métiers de cette liste. Le prof conférencier, la plume journalistique, le libraire passionné, nous avons tous des histoires de personnalités qui nous ont marqué et qui nous influencent encore.

C’est la technologie qui a permis l’émergence de ce « non-métier », qui emprunte à tous les autres en permettant à n’importe qui de « s’engager » à publier instantanément les liens qu’il ou qu’elle croise au fil de sa journée. A la différence du blog ou de la participation à Wikipedia, ce sacerdoce reste supportable. Le temps marginal de partage de ses pépites est négligeable en face de la valeur ajoutée que cela représente pour le lecteur, et de la légitimation de son expertise que cela représente pour le curateur.

Juste pour cette raison, ceux qui ne sont pas sur Twitter devraient reconsidérer la question. Sur tous les sujets du monde, il y a un passionné qui veille et qui fait passer l’info. Pourquoi s’en passer si vous partagez sa passion ? Sans doute commencerez-vous alors à faire suivre les pépites à votre tour, conquis par l’envie de partager cette valeur. Vous serez devenu curateur…

10 raisons de s’intéresser à la curation

1. Pour le marketing, la curation va permettre d’offrir du contenu lié à la marque et positionner l’entreprise comme un expert : la marque devient un média.

2. Les curators sont des experts reconnus dans leur domaine et peuvent être de bons vecteurs de communication.

3. Pour les fournisseurs de contenu (médias, presse, portails), c’est un moyen économique de proposer un contenu complémentaire et ciblé.

4. Les créateurs de contenu (rédacteurs, blogueurs d’entreprise, consultants…) vont bénéficier des outils et des pratiques de la curation.

5. Pour un collaborateur dans une entreprise, la pratique de la curation est un moyen de valoriser son expertise, d’ajouter une corde à son arc.

6. Pour la gestion des ressources humaines et des talents, la curation permet d’identifier des experts dans des domaines précis.

7. La curation peut enrichir les pratiques des veilleurs, des documentalistes.

8. La curation permet également de positionner les community managers comme des experts, de capter la communauté et de favoriser les conversations.

9. La curation en entreprise va permettre de fluidifier les flux d’informations internes et externes et introduire progressivement de nouveaux usages vers l’Entreprise 2.0.

10. La pratique de la curation procure un avantage compétitif en termes de maîtrise de l’information et donne à l’entreprise une image moderne, ouverte vers l’extérieur.

By |2020-06-11T14:22:58+02:00May 26th, 2013|Communication, Non classé|

About the Author:

Go to Top